Menu

Une sélection des livres de la bibliothèque...

30-ans-du-rof 15-avril2012aRobert Perronneaud-Ferré - Abrégé de l’histoire de l’Ostéopathie et des Ostéopathes non médecins. Partie IV - 3 :1984 :  Encore une année riche en événements importants.


Convention nationale de la FOF - Premier Congrès des Médecines Naturelles - Journées scientifiques fédérales - Le Jury international

Convention FOF

Convention nationale de la FOF

Tout d’abord la Convention nationale de la FOF les 3 et 4 février.

C’est d’après mes nombreuses explications sur les Conventions des ostéopathes aux Etats-Unis qu’est décidé d’essayer de réunir, pendant un ou deux jours, l’ensemble de la profession. Le thème est le BILAN : politique, juridique, fiscal. Il n’est pas question d’envisager l’aspect « formation continue obligatoire » propre à la profession ostéopathique américaine. Cet aspect, non démuni d’intérêt, a cheminé lentement et semble ressurgir présentement puisqu’il a été évoqué par le Président S. Majal, lors de l’Assemblée générale du ROF d’octobre 1993.

- Bilan politique
3 associations (IWGS, ATSA, ATMAN) regroupées au sein de la Fédération.
2 autres (SERETO/APO, IPCO) sont en cours d’admission.
Nombreux contacts, réunions avec le doyen Cornillot.

- Bilan juridique
Maître Lang , alors avocat de la Fédération, présente un bilan qu’il dit être positif, malgré les procès, déjà relativement nombreux . « Ceux-ci servent notre cause en focalisant l’opinion publique sur l’inadéquation de la Loi ». (Je préférerais d’autres moyens moins traumatisants moralement - parfois pécuniairement - pour les ostéopathes.)
Signature par la FOF d’un contrat avec l’UAP garantissant la responsabilité civile et juridique de ses membres.

- Bilan fiscal
La TVA se trouve au centre du débat. Payer ou ne pas payer ? Jean Peyrière conduit le combat de ceux qui estiment ne pas devoir y être assujetti. (Je fais remarquer que la TVA n’est pas due par l’ostéopathe mais par le patient. Le désagrément vient du fait que nous devenons des collecteurs de fond - non rémunérés - pour le compte de l’Etat, comme de nombreux autres citoyens, et que tout professionnel autre que le salarié le deviendra à plus ou moins longue échéance).

Cette première Convention restera un événement.

Le 8 février, une autre rencontre a lieu à l’Université de Bobigny. Il y est longuement question de l’organisation de l’enseignement de l’Ostéopathie. Le doyen Cornillot dit que l’enseignement ne peut et ne doit avoir lieu qu’en Universités. Je propose alors que l’enseignement de l’Ostéopathie soit inclus dans le « Tronc commun actuel : médecine, pharmacie, chirurgie dentaire ». Donc un tronc commun constitué de 4 membres. Ensuite une voie pour chacun de ses membres et en ce qui concerne l’ostéopathie passage par les stages hospitaliers et enseignement de l’ostéopathie pure dans nos Ecoles. Le doyen « se fait fort » dit-il « d’obtenir le droit de continuer à exercer » pour tous les ostéopathes installés et pour les élèves en cours de formation, mais nos écoles devront disparaître. Régis Godefroy est prêt au sabordage de 1’IWGS pour sauver la reconnaissance des Ostéopathes. Il n’est pas suivi par les autres directeurs d’écoles. D’autres rencontres étant prévues, il est prévu de revenir sur ce sujet important.

- Lire la Partie IV - 2 :1983
- Lire laPartie IV : L'année 1982 est fertile en évènements

Publicité

Bulletin d'abonnement

abonnement mai16a

Les Revues

Congrès & conférences

Nous avons 833 invités et 2 inscrits en ligne

Recevez notre newsletter

captcha 
Aller au haut