Menu

Une sélection des livres de la bibliothèque...

sok numero2a

Ostéopathie viscérale, du nouveau. Interview de G. Finet et de C. Williame dans L'Ostéopathe n° 2, le journal d’information des ostéopathes du S.O.K. (MD DE).

Pour la toute première fois, une étude menée avec la plus grande rigueur prouve concrètement et scientifiquement la réalité du mouvement viscéral et ouvre la voie à une approche plus fine des techniques ostéopathiques viscérales.

Ostéopathie viscérale, du nouveau

Approche globale, l'ostéopathie ne se limite pas, comme le croît trop souvent encore le grand public et un certain nombre de professionnels de santé dont certains se parent même des plumes du paon en se réclamant d'elle, à des manœuvres visant le rachis. Fondée sur les interactions existant entre les divers tissus et organes composant le corps, elle vise à rééquilibrer l'ensemble de l'organisme et non pas seulement à traiter une de ses parties.finet williame fr jolloisLes recherches et découvertes ayant eu lieu après les premières bases posées par A.-T. Still ont permis d'enrichir la pratique ostéopathique de nombreuses techniques nouvelles. En particulier, l'ostéopathie crânienne et l'ostéopathie viscérale.
Cette dernière, inconnue des ostéothérapeutes et ostéopathes formés par d'autres filières que celles empruntées par les ostéopathes DE MK, constitue une des originalités les plus intéressantes de la pratique des ostéopathes d'aujourd'hui.
Cette méthode, qui fait journellement ses preuves, est indispensable à la résolution de lésions primaires et secondaires sans laquelle aucune véritable réorganisation de l'organisme n'est possible.
Jusqu'à aujourd'hui, la pratique de l'ostéopathie viscérale était fondée d'une part sur des études anatomiques classiques et sur les connaissances issues de la clinique.
"L'ostéopathe" à rencontré G. Finet et Ch. Williame dont les travaux, à paraître prochainement aux Éditions Roger Jollois, donnent à l'ostéopathie viscérale son fondement scientifique et lui ouvrent des perspectives nouvelles.

L'ostéopathe : « Pourquoi avez vous entrepris cette étude ? »

finetG. Finet et Ch. Williame : « Il n'y avait, jusqu'à présent, aucune étude scientifique, statistique du déplacement des viscères dans l'abdomen sous l'influence de la poussée diaphragmatique (déplacement, mobilité ou dynamique : précisions terminologiques essentielles). Nous nous en étions assurés en 1985 en questionnant diverses sources bibliographiques aux États-Unis et en Europe. Il y avait certes eu estimation de ce mouvement par argumentation basée sur l'anatomie et la physiologie et certaines observations avaient été faites, mais pas d'étude scientifique ! »

L'ostéopathe : « Une telle étude était donc indispensable ? »

G. Finet et Ch. Williame « À plus d'un titre, cette analyse scientifique nous est apparue fondamentale : outre que, comme l'écrivait poétiquement Louis de Broglie : « En déchirant le voile, elle nous donne plus de lumière », elle vient étayer la philosophie ostéopathique, guider et conforter les ostéopathes dans leur travail et convaincre les incrédules. »

L'ostéopathe : « Quand avez vous commencé votre travail de recherche et comment vous y êtes vous pris ? »

G. Finet et Ch. Williame : « Nous nous sommes donc attachés à ce travail dès juin 1985. Tout était à faire, définir l'imagerie qui permettrait une approche optimale des organes, établir un protocole, une méthodologie ; au fil des travaux, recenser les sources d'erreur, les sérier, les analyser et les contourner, réaliser les examens et les lire ; rechercher la collaboration d'un statisticien capable à la fois de comprendre nos motivations et de mettre sur pied un programme statistique, interpréter les résultats... bref, s'entourer de toutes précautions nécessaires et suffisantes, conditions sine qua non d'un travail fiable. »

L'ostéopathe : « Avez vous utilisé une méthodologie stricte ? »

G. Finet et Ch. Williame : « Oui, nous avons pratiqué selon une méthodologie très stricte : les examens radio et échographiques sont enregistrés sur cassette vidéo et visualisés sur l'écran de l'échographe dont la caméra nous permet de saisir des clichés en inspiration expiration, pour chaque organe étudié, dans les différents plans de l'espace. Ces clichés reproduits sont analysés à la table graphique et mis en mémoire dans l'ordinateur. De l'ensemble de ces dossiers sont extraits les statistiques. »

williame

L'ostéopathe : « Combien de temps à duré votre recherche et le matériel réuni est-il important ? »

G. Finet et Ch. Williame : « En tout, trois ans de recherches, et 24 heures d'enregistrement de films vidéo, 3.000 clichés. Le lecteur pourra juger des conclusions de ce travail où il apparaît, qu'en tout état de cause, une dynamique répétitive et organisée existe bel et bien au niveau viscéral. »

L'ostéopathe : « Pourquoi avoir choisi ce type d'imagerie pour vos recherches ? »

G. Finet et Ch. Williame « À notre connaissance, l'imagerie utilisée ici reste encore aujourd'hui le seul moyen de venir à bout de cette étude : ni le Scanner, ni la Résonance Magnétique Nucléaire ne peuvent nous aider dans ce domaine eu égard à de récentes discussions engagées avec le milieu médical universitaire. »

L'ostéopathe : « Peut-on tirer des applications pratiques de vos découvertes ? »

G. Finet et Ch. Williame : « Au terme de trois nouvelles années de recherches, nous avons tout naturellement fini par concrétiser cette étude en débouchant sur l'axe pratique par un programme de normalisations viscérales originales basées sur nos conclusions. A l'heure où nous écrivons ces lignes, elles ont été testées sur plus de mille cinq cents patients.
Nous avons constaté que la pratique de l'ostéopathie viscérale rebute souvent par sa difficulté et est, de ce fait, souvent délaissée : nous avons tenté de la simplifier et permettre au praticien de mieux objectiver ce cadre viscéral sans lequel l'ostéopathie n'est pas telle qu'elle doit être !
Ces nouvelles normalisations viscérales issues de nos recherches sont facilement applicables en cabinet dans la mesure où elle se fondent sur des bases objectives renvoyant à des connaissances fondamentales acquises durant les études menant à la pratique de l'ostéopathie. »

L'ostéopathe : « La publication de vos travaux doit intervenir bientôt je crois, que contiendra-t-elle ? »

finet treatingG. Finet et Ch. Williame : « Cette étude paraîtra dans quelques semaines aux Éditions R. Jollois sous le titre : Biométrie de la dynamique viscérale et nouvelles normalisations ostéopathiques.
Le lecteur trouvera dans cet ouvrage :

- toute l'étude statistique ;
- les conclusions sous forme de tableaux récapitulatifs ;
- des schémas généraux reprenant la dynamique de l'estomac, du duodénum, de l'intestin grêle, du colon (scindé en ses différentes parties : cæcum, colon ascendant, etc.), du foie, de la rate, du pancréas et des reins. »

L'ostéopathe : « Et sur le plan pratique ? »

G. Finet et Ch. Williame : « En seconde partie, il est proposé de nouvelles normalisations viscérales, une approche particulière de la hernie hiatale, du reflux gastro-œsophagien ainsi que des tests originaux permettant, comme au niveau pariétal, de déterminer en fin de séance l'impact exact du traitement.
Nous proposons également à la réflexion du lecteur des tests hémodynamiques confortant l'idée qu'ont toujours eue les ostéopathes : l'influence à distance des troubles de la dynamique viscérale. »

Propos recueillis par Guy Roulier.

Publicité

Bulletin d'abonnement

abonnement mai16a

Les Revues

Congrès & conférences

Nous avons 829 invités et 2 inscrits en ligne

Recevez notre newsletter

captcha 
Aller au haut