Menu

Une sélection des livres de la bibliothèque...

chambre_logo

Second sommet des OSP d’ostéopathes français : Réflexions sur les commentaires de l’UNÉO.

  -> Lire les commentaires : http://www.osteopathie-france.net/essai/les-associations/assoprof/1237-bilan

Interview de notre confrère Fernand-Paul Berthenet

Depuis la réunion au sommet des OSP (organisations socio-professionnelles) d’ostéopathes, les commentaires fusent de toute part, plus ou moins fondés, plus ou moins pertinents, plus ou moins respectueux des idées d’autrui, des textes de lois et de l’histoire de l’ostéopathie.

Pour y voir plus clair, nous avons demandé à Fernand-Paul Berthenet, interlocuteur historique des Pouvoirs publics et politiques et un des principaux acteurs du processus de reconnaissance, de nous donner son point de vue.

Question : Fernand-Paul Berthenet, tu as tenu à t’exprimer suite aux propos tenus par l’UNEO suite à la réunion du 18 décembre 2010 à Nîmes. Pourquoi ?

Fernand-Paul Berthenet : « J’ai lu avec beaucoup d’attention le « communiqué » de l’UNEO concernant le « bilan » de la réunion du 18 décembre dernier.

Cette lecture m’amène à formuler quelques observations que je soumets à votre réflexion :

J’étais et je suis toujours opposé à une participation d’étudiants (même en association légale) aux réunions de Professionnels. Cependant, quand un représentant est admis à y participer (je ne suis pas contre la démocratie si la majorité des « Pros » accepte sa présence), il ne peut avoir qu’un rôle d’observateur (donc sans droit de vote). Mon ancienneté dans le mouvement ostéopathique national et même international m’a fait constater, depuis des décennies, que l’on ne pouvait pas compter sur tous les Ostéopathes diplômés. Une grande partie forme le « bataillon » des « spécialistes du mélange des genres ». Que dire des étudiants qui, pour certains, n’auront pas de diplôme ! De plus, lorsqu’on analyse les propos du signataire de ce « bilan », il est facile de diagnostiquer que s’il avait eu la possibilité de prendre part aux votes, il en aurait profité pour ridiculiser les Responsables et organisateurs présents de lui avoir laissé ce droit de vote tout en n’étant pas professionnel !! Nous constatons aussi que même des diplômés des formations initiales ne s’installent pas. »

Et que dire de la représentativité et du rôle de l’UNEO ?

Fernand-Paul Berthenet : « cette propension à vouloir se placer en 3ème position en fonction du nombre d’adhérents n’est pas recevable : encore un mélange des genres !

Par contre, le rôle de l’UNEO, tel qu’il est écrit, est très positif pour regrouper un maximum d’étudiants (voire l’unanimité) provenant des écoles qui suivent le rapport de l’OMS (4200 h). Ce rôle serait renforcé si l’UNEO les encourageait à adhérer, dès l’obtention de leur diplôme, au Syndicat professionnel de leur choix.

Peux-tu nous rappeler quel est le rôle d’un syndicat par rapport à une simple association ?

Fernand-Paul Berthenet : Je rappellequ’en France, seuls les syndicats peuvent défendre les professions et les professionnels. J’en profite pour vous rappeler que c’est pour cela que je réfute l’appellation « ASP » qui doit être remplacée par « OSP » « Organisations Socio-Professionnelles », tant qu’il y aura dans ces réunions des associations de type loi 1901.

Qu’as-tu envie de dire à nos futurs confrères ?

Fernand-Paul Berthenet : « il faut rappeler aux membres de l’UNEO qui ne connaissent pas les méandres « politico-syndicaux », que « Paris ne s’est pas construit en un jour ». Nous aussi souhaiterions bien entendu voir aboutir plus rapidement nos revendications. Pour l’histoire, je rappelle que j’ai commencé, avec une poignée de confrères « pionniers », cette action de reconnaissance de notre ART en 1972 ! (beaucoup d’entre eux n’étaient pas nés).

De plus, bien que nous ayons une excellente écoute de la part des Ministères de Tutelle, ces derniers ne sont pas à notre disposition.

Que dire des critiques sur le temps passé en réunion ?

Fernand-Paul Berthenet : La polémique concernant le temps passé en réunion (repas compris) ne m’étonne guère : quand ils seront devenus des professionnels spécialisés et aguerris aux responsabilités, ils se rendront compte que d’innombrables et excellentes idées peuvent être échangées en très peu de temps sans palabres inutiles !! Il suffit d’être cohérents, concis et convaincants, tout en restant courtois, ce qui devient naturel avec l’expérience et le temps.

Concernant cette réunion au sommet, elle est la seconde depuis la publication des décrets. Pourquoi avoir tant attendu après la première qui avait donné lieu à une position commune appréciée du ministère et des parlementaires ?

Fernand-Paul Berthenet : En effet, les Organisations professionnelles ont tenté un regroupement d’idées il y a deux ans à l’initiative de notre confrère et ami, Robert HIRIART D.O. (G-B). Cette communion d’idées a permis la rédaction d’un document adressé à la ministre de la Santé, signé par tous les partenaires, les mêmes précisément qui étaient présents le 18 décembre dernier.

C’était un premier pas, même si chacun est reparti de son côté. Ces mêmes partenaires ont la volonté de se retrouver et de se regrouper à nouveau : BRAVO.

Cependant il faut laisser le temps au temps. C’est pour cela que le paragraphe concernant la formation où il est écrit que deux organisations « font cavaliers seuls » est déplorable. L’UNEO a l’air de vouloir, « becs et ongles » une réunification de tous les Ostéopathes et en une phrase, tente, en tirant la couverture à elle, de diviser cette union et ce en étant ignorante des tenants et des aboutissants des différents problèmes.

Et cette question du « référentiel métier », elle n’est pas nouvelle ?

Fernand-Paul Berthenet : C’est le moins qu’on puisse dire. Je rappelle qu’un Référentiel avait déjà été rédigé par le ROF, l’UFOF, l’Académie d’Ostéopathie de France, la CADF et le SFDO (qui s’appelait, alors, l’AFDO) en 2001 !! (la C.N.O. n’existait pas à l’époque).

Il aurait été plus judicieux de souhaiter une fusion des deux référentiels qui sont similaires voire complémentaires (les différents rédacteurs des référentiels n’ont pas la science infuse !).

Et la notion d’union, la majorité des ostéopathes la souhaitent, les organisations parviennent bien à la faire le temps d’une réunion de consensus, mais qu’est-ce qui fait obstacle à sa pérennité ?

Fernand-Paul Berthenet : «  Dans toutes les organisations représentatives, il y a cette notion d’UNION, défendue par une majorité de dirigeants et contrairement à ce qu’il est écrit, il y a beaucoup de Responsables qui sont capables de « dépasser leurs envies personnelles ». Cette affirmation est, à nouveau, une tentative de désinformation pour perturber et empêcher cette union !

En guise de conclusion quel message positif souhaites-tu faire passer à nos confrères ?

Fernand-Paul Berthenet : il serait aussi bon de rappeler à tous ces étudiants que, s’ils existent actuellement, c’est grâce aux « pionniers » qui leur ont creusé le sillon. J’ai, à la disposition de tous, les photos des premières plaques d’Ostéopathes, appelés à l’époque « Praticiens libres », en 1975, c’est à dire il y a 35 ans ! (voir ci-dessous)

En fonction de ma toute première observation, il serait souhaitable que les représentants de l’UNEO mettent « un peu d’eau dans leur vin » car l’impatience ne peut que faire ralentir l’action. Je souhaite que leur impatience se concrétise par l’obtention de leur diplôme d’ostéopathes et qu’ensuite leur bel enthousiasme s’investisse dans le syndicalisme professionnel, car ils n’auront pas toujours les anciens pour les défendre et leur apprendre que la prise de responsabilités syndicales demande des études spécifiques et un travail de terrain (comme en médecine ostéopathique) de type compagnonnage, en ayant toujours en tête ces vers de Nicolas Boileau :

« Hâtez-vous lentement et sans perdre courage,
Vingt fois sur le métier remettez votre ouvrage,
Polissez-le sans cesse et le repolissez,
Ajoutez quelques fois et souvent effacez ».

Réalisé par la Chambre Nationale des Ostéopathes

Le 29.12.2010

  • Contact : Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.

 


Plaques_Osteo_1975

 

 


Le Site de l'Ostéopathie remercie la Chambre nationale des ostéopathes de l'avoir autorisé à reproduire intégralement ce compte-rendu



Bulletin d'abonnement

abonnement mai16a

Les Revues

Congrès & conférences

Nous avons 1449 invités et aucun membre en ligne

Recevez notre newsletter

captcha 
Aller au haut