Menu

Une sélection des livres de la bibliothèque...

bas 1624aProposition de loi relative à l'exercice de la profession d'ostéopathe présentée par M. Pierre Bas, Député.

Assemblée Nationale – 7e législature – 2de session ordinaire de 1982-1983 - Enregistré à la Présidence de l'Assemblée nationale le 13 juin 1983.
Annexe au procès-verbal de la séance du 23 juin 1983.

Exposé des motifs

Proposition de loi relative à l'exercice de la profession d'ostéopathe présentée par M. Pierre Bas, Député.
(Renvoyée à la commission des Affaires culturelles, familiales et sociales à défaut de constitution d'une commission spéciale dans les délais prévus par les articles 30 et 31 du Règlement.)

Exposé des motifs

Mesdames, Messieurs,

En 1874, un médecin du Middle West américain, le docteur Andrew Taylor Still, retrouve et invente un grand nombre de techniques manipulatives qu'il codifie en un système cohérent qu'il baptise « ostéopathie ».bas-pierre

Faisant une relation entre les troubles de la structure vertébrale et les maladies, il considère que les manipulations vertébrales permettent à la circulation de redevenir plus normale et au système nerveux d'assurer son rôle d'autodéfense. Il donne une importance primordiale aux défectuosités de l'appareil locomoteur et particulièrement aux subluxations vertébrales dans la genèse des maladies.

En 1892, le docteur Still fonde une école de médecine dans laquelle à côté des sciences de base sont enseignées ses théories et ses techniques nouvelles.

Vers 1930, les ostéopathes les plus qualifiés modifient ces conceptions, en rendant aux thérapeutiques médicales usuelles leur supériorité sur les manipulations dans certaines maladies. Depuis cette date, l'ostéopathie a connu un essor considérable, d'abord aux États-Unis, puis au Canada, en Angleterre ainsi que dans de nombreux autres pays.

En France, l'article 2 de l'arrêté ministériel du 6 janvier 1962 précise que toute mobilisation forcée des articulations et toutes réductions de déplacements osseux ainsi que toutes manipulations vertébrales et, d'une façon générale, tous les traitements dits d'ostéopathie, de spondylothérapie (ou vertébrothérapie) et de chiropraxie, ne peuvent être pratiqués que par des docteurs en médecine.

Un enseignement officiel de ces thérapeutiques figure au programme du certificat d'études spécialisées de rééducation et de réadaptation fonctionnelle où il vient en complément de la formation médicale générale. Les médecins qui ont suivi cet enseignement se classent sous la bannière de la médecine orthopédique ou sous celle de l'ostéopathie.

Mais l'ostéopathie est également pratiquée par des non-médecins qui se trouvent donc, aux termes de la loi, coupables du délit d'exercice illégal de la médecine.

L'objet de la présente proposition de loi est de leur donner un statut légal indépendant de la médecine, à l'instar de ce qui est prévu dans de nombreux pays étrangers et dans un souci de protection de la santé publique.

En effet, l'ostéopathie a été introduite en Belgique ainsi qu'en Grande-Bretagne où des écoles délivrent des titres de « Doctor in Ostheopathy [sic] ». En République fédérale allemande une loi sur l'exercice professionnel de la science médicale sans nomination, en date de 1939, organise la pratique des actes médicaux par tous ceux qui n'appartiennent pas à une profession médicale ou paramédicale déjà réglementée. Il résulte de cette législation que toutes les médecines naturelles ou parallèles peuvent s'exercer, après contrôle et autorisation administrative sans que ceux qui les pratiquent soient tenus de suivre des études médicales classiques.

La présente proposition de loi répond également au souci de protéger la santé des patients. À l'heure actuelle, les ostéopathes non médecins pratiquent leur art sans aucun contrôle alors que les manipulations vertébrales ne sont pas dépourvues de danger. Il convient donc, pour éviter tout accident, d'instaurer un statut particulier pour les ostéopathes qui garantisse leur qualification et élimine tout thérapeute non compétent en ce domaine.

La proposition de loi comporte une définition précise de la profession d'ostéopathe. Elle restreint l'autorisation d'exercice aux personnes titulaires d'un diplôme d'État obtenu dans les établissements dont la liste est fixée par décret, après consultation des organisations professionnelles compétentes. Ce diplôme est délivré après des études préparatoires et des épreuves dont la durée et le programme sont fixés par décret.

Afin de protéger la santé des patients, l'article 3 interdit aux ostéopathes de pratiquer une autre thérapeutique, excepté le cas où elle sert de support indispensable aux manipulations ostéopathiques.

Enfin, le texte qui vous est proposé comporte des dispositions pénales.

Tels sont les motifs de la proposition de loi que nous avons l'honneur de soumettre à votre examen.

Publicité

Bulletin d'abonnement

abonnement mai16a

Les Revues

Congrès & conférences

Nous avons 1465 invités et aucun membre en ligne

Recevez notre newsletter

captcha 
Aller au haut