Menu

Une sélection des livres de la bibliothèque...

convention osteo-1989 08a

 Régis Godefroy meurt dans un terrible accident
Après une réunion de travail du Collège Sutherland, Régis Godefroy rentrait chez lui vers 0 h le 1er juillet 1992.

À Paris, allées Passy, aux feux de croisement, Régis, sur sa moto, attend le feu vert derrière un camion.

Une voiture est arrêtée derrière lui. Survient alors une Bmw folle qui projette la voiture arrêtée à plus de 200 mètres. Régis est écrasé entre la voiture et le camion. Le conducteur de la voiture, projeté, meurt lui aussi sur le coup. Le conducteur de la Bmw est vivant, l'alcootest est négatif.
L'ensemble de cette page est tirée de la revue Ostéo, la revue des ostéopathes, n° 22/23 Juillet/Août 1992.

Régis Godefroy

La carrière de Régis GODEFROYgodefroy regis 01

né le : 16 Juin 1945 à Paris
Moniteur de ski alpin
Une année de chimie en 60 à Paris à l'Institut d'Arsonval.
Diplôme de Kiné : Ecole de Sambucy à Paris.
Accompagne l'équipe de France de Foot en Amérique du Sud en tournée.
Ouvre un cabinet de kinésithérapie au 18 rue de Liège. Rapidement ne travaille plus qu'en tant qu'ostéopathe.
Il crée le 9 mai 1973 avec J. Josse (enseignement de Paul Gény) et A. Charancon étiopathe (école de Genève) l'Institut National de thérapie Manuelle: I.N.T.M. Les cours ont lieu en soirée et le week-end au cabinet de R. Godefroy et à Valence chez A. Charancon.
En 1974 A. Brunel et Y. Lignon préparent à Sète l'ouverture du Collège National d'Ostéopathie C.N.O.
En 1975 les 2 équipes se rencontrent :
   R. Godefroy J. Josse J.C. Lebertre pour le C.F.O.
   A Brunel, Y. Lignon pour le C.N.O.
et décident de préparer en commun à Sète et à Paris la rentrée académique 1975 tandis que A. Charancon continue seul l'INT à Valence.

R. Godefroy choisit le nom de Sutherland pour le collège de Paris qui devient Institut William Garner Sutherland, en hommage à ce pionnier de l'ostéopathie crânienne (I.W.G.S.).
B. Barillon élève de I. Magoun est présenté pour enseigner le crânien à Paris et à Sète.
En octobre 75 les statuts de la Fédération Française d'Ostéopathie (F.F.O.) sont déposés à Montpellier par Brunel.
J.O. du 10.04.76 page 2208 Godefroy et Lignon But :
Réunir les organismes défendant l'ostéopathie et autres thérapies manuelles, à savoir : le CNO et la CFO cela en vue de lier leurs efforts pour la recherche des sciences et des techniques les meilleures, pour promouvoir leurs applications et œuvrer utilement pour la santé publique.
Début du cycle d'enseignement de 4 ans à raison de 4 séminaires de 7 jours par an, soit 1000 heures réparties pour moitié théorie et pratique. 40 étudiants à Sète (Lazaret) et 40 à Paris (VVF Dourdan). En novembre 76 un contrat est passé avec G. Devos de l'A.K.B. pour former les kinésithérapeutes belges aux techniques ostéopathiques appliquées à l'appareil musculo-squelettique (Le Pariétal) cycle de 3 ans à raison de 5 stages de 4 jours par an soit 500 heures environ : Lieu Malines.godefroy regis 02
En Janvier 77 débute, à Luxembourg, un cycle identique à l'Hôtel Kons, destiné aux Belges francophones avec le concours de Guy Clausse.
Février 77 : transfert du CNO de Sète à la Grande Motte les Cyclades.
Juin 1977 : remise des premiers "C.O." à Dourdan à : Bardot - Guillard - Faugoin - Theulier.
Octobre 77 : Création de la SARL "CNO" à Sète.
Juin 78 : 2° "C.O." à Dourdan.
Octobre 78 : sous l'égide de la F.F.O. (Brunel président et Godefroy secrétaire Gal) rapprochement de IWGS - CNO avec ATSA de Lyon, collège fondé en 75 par R. Richard - R. Perronneaud-Ferré et J. Peyrière tous issus du collège d'Etiopathie de Genève.
Mai 79 délivrance des C.O. par le CNO à la Grande Motte et en Juin 79 à Dourdan. De ces promotions sont issus : R. Briend, R. Solano, M. Roques, B. Gabarel, L. Busquet, B. Quer, P. Glaenzer et combien d'autre encore....
Soutenance des premiers mémoires.
En Août 79 : le collège du Sud fusionne avec celui de Dourdan. Paris pour prendre le nom d'IWGS sarl ; Co-direction sur 5 têtes :
   Académie Pédagogie : B. Brunel
   Public relation : J. Josse
   Organisation planning : R. Godefroy
   Finances administration : J.C Lebertre
   Matériel et technique : Y. Lignon
Les élèves belges arrivés en fin de leur cursus rejoignent à Dourdan IWGS France en 4 années pour compléter leur formation en viscéral et en crânien : les études passent à 5 ans : 4 fois 6 jours par an : soit 1100 h toujours théorie-pratique 50/50.
En octobre 79 IWGS compte 5 centre d'enseignement :
   Paris Dourdan 200 élèves sur 4 années.
   La Grande Motte 120 élèves sur 4 années.
   Toulouse 30 élèves sur 1 année
   Luxembourg 120 élèves sur 3 années
   Ostmalle (Flandres) 80 élèves sur 3 années.
En Janvier 80, R. Godefroy connaît ses premiers démêlés avec la justice : prévenu d'escroquerie avec Brunel, Lignon, Josse, Lebertre, Barillon, Faugoin, Perrin et le Dr Billand radiologue, pour enseignement illégal etc... Vigoureusement défendus par Me Kam le T.G.I. de Montpellier prononce un non lieu.
L'esprit d'entreprise de R. Godefroy l'amène à créer avec R. Richard de Lyon la SCRS dont les buts sont :godefroy regis 03
   organiser un jury international en juin 80
   rechercher un standard minima d'enseignement des sciences fondamentales
   tenter de définir l'ostéopathie
   établir un historique du mouvement ostéopathique
   créer une politique de développement et d'entraide professionnelle
   établir des contacts nombreux à l'étranger US-GB-NZ A, où l'ostéopathie est déjà structurée.
En mars 80 participation au salon "Marjolaine" où Régis assurera régulièrement la présence d'IWGS chaque année. Vitrine qui se prolongera ensuite au Gicare.
Juin 80, 1er congrès Européen à Bruxelles organisé par l'ASBO et où les étudiants IWGS assistent en masse.
15 Juin 80 jury international à Dourdan avec le Dr Skinner D.O. du registre de New Zeland. pour la première fois les 2 écoles IWGS et ATSA conjuguent leurs efforts avec succès . A. Brunel président de la F.O.F.
Eté 80 A. Faugoin, puis A. Brunel quittent le collège.
Janvier 81 dépôt de bilan de la SCRS. Régis Godefroy assume la liquidation de la société.
18 Juin 81 jury international en commun IWGS-ATSA avec le Dr Azneer PhO président de l'université de Des Moines - USA - Y. Lignon président de la F.O.F. Régis Godefroy est encore à l'origine de la création du Registre Ostéopathe Français déposé à Marseille avec Robert Perronneaud Ferré, Jean Josse et Jean Peyrière. Ils définissent les conditions d'exercice de l'ostéopathie : être diplômé d'un collège agréé par le Registre, exercer l'ostéopathie de façon démarquée sans utiliser son diplôme de kiné, se déclarer auprès des organismes sociaux et du Trésor en tant qu'ostéopathe. Elaboration d'un code de déontologie et d'un annuaire professionnel.
Octobre 81 regroupement d'un seul centre d'enseignement IWGS en Belgique à Charleroi. En France 2 centres, Paris et Bordeaux.
Avril 82 Premiers contacts entre les équipes de IWGS et d'ATMAN
Juin 82 Création de la Fédération des Ostéopathes Français (F.O.F.) J. Josse Président et R. Godefroy secrétaire Général.
Juin 82 Jury international à Paris avec A. Chyla D.O., R. Ruby et Wyatt D.O.godefroy regis 04
Développement de 3 départements au sein de la F.O.F. :
   Professionnel : retraite, sécurité sociale, assurance R.C.
   Juridique : défense
   Enseignement : jury et D.O.
Août 82 avec le départ de Jean Josse, Régis Godefroy prend le rôle de leader dans l'équipe IWGS, Lebertre s'occupe d'administration, Lignon des plannings et des examens (D.O.).
En Octobre 82, Régis Godefroy regroupe l'enseignement à Dourdan incite B. Barillon et B. Gabarel à créer l'académie crânienne.
Il crée et organise des séminaires " Post graduate" ouvert aux anciens "C.O." pour les inciter à préparer un mémoire et à se perfectionner. Des journées à thème ont lieu en alternance dans chaque école : IWGS - ATSA - ATMAN.... Ces thèmes seront repris puis intégrés dans l'enseignement sous forme d'une 6° année qui préparera au D.O. examen clinique et mémoire actuels.
Juin 83 jury international à la Sorbonne avec L. Azneer PH D., J. Peyrière président de la F.O.F.
Septembre 84, 2° congrès européen à Bruxelles. Création d'une SPRL IWGS Belgique à Charleroi avec J. J. Debroux - Godegroy - Lebertre et Lignon. Janvier 87 entrée de L. Busquet dans la direction de IWGS.
Tout au long de ces années R. Godefroy à particulièrement été pris à partie par la justice : 5 procès en exercice illégal dont 2 en appel et chaque fois lourdement condamné, l'ont sensibilisé aux attaques dont sont hélas l'objet les ostéopathes. Il s'est constamment tenu au courant des procès subis par ses anciens étudiants. Il s'est toujours déplacé pour les soutenir par sa présence et ses encouragements aux côtés des défenseurs de la Fédération : Me Bureau, puis Me Long, maintenant Me Jacubowitz.
De 84 à 86, en tant que secrétaire fédéral, il a eu de nombreux contacts avec le ministère de la santé (Mme Dufoix) pour tenter d'élaborer un statut des ostéopathes aux côtés des professionnels de l'AFDO. Sans succès, ces rapprochements ont abouti à la transformation de l'outil politique ostéopathique en Union des Fédérations des Ostéopathes de France dont il prend la présidence (UFOF).
Il suscite, organise et anime les conventions des ostéopathes en 86, 87, 88 pour engager une action en profondeur pour promouvoir une nouvelle image de l'ostéopathie en France avec l'aide d'une agence de communication et en employant les techniques du lobbying moderne. Les ostéopathes commencent à se définir, à s'identifier, la maison des ostéopathes se construit à St Ouen : CEREC.
A la tête de l'UFOF, il crée la régionalisation pour les ostéopathes membres de l'UFOF, déléguant, transférant vraiment le pouvoir de gérer la profession vers la base.
En 88, en même temps il crée un climat de rencontre favorable pour que les écoles au sein de la collégiale académique se mettent d'accord sur des standards, d'enseignement, de recrutement de clientèle, de professeurs et de diplôme.
Au sein de l'UFOF il suscite des vocations parmi les jeunes pour s'occuper de leur profession. Il entretient de très nombreux contacts à l'étranger, voyage aux US, en 86, en Angleterre à diverses reprises. Il lance récemment le registre Européen des ostéopathes (REO) qui rencontre un accueil favorable en GB, en Hollande, en Belgique, en Allemagne. Tout récemment l'AOA a salué avec sympathie cette renaissance de l'ostéopathie sur le vieux continent.
A participé avec grand brio à plusieurs émission télévisées importantes notamment à "Ciel mon mardi" ou il a contribué à faire reconnaître l'ostéopathie et la positionner favorablement par rapport à la médecine officielle.
Combien de jeunes ostéopathes a-t-il incité et aidé à se lancer dans la vie ?
Un sens inné de la politique et l'étude approfondie des dossiers lui permettent de voir loin, l'avenir professionnel souhaitable et surtout possible, car il est réaliste. Hélas nul n'est prophète en son pays et la communication avec ses confrères est difficile.
Très ouvert sur le monde, il est invité à de nombreux congrès internationaux touchant aux sports, à la danse, à esthétique. Il fait des conférences en France, en Finlande, au Portugal, en Italie, au Canada, en Grèce, à Chypre, en Angleterre.
En retour le collège Sutherland s'est ouvert sur le monde et ce sont 2500 élèves qui sont sortis de ses murs de 15 nationalités différentes depuis 20 ans.
Animateur de premier ordre, il a d'abord le souci des personnes qui travaillent avec lui : Il leur écrit le 14.09.83 :

« Je tiens à ce que le climat de l'enseignement et de la relation entre professeurs soit placé sous le signe de la concertation ; il n'y a pas de problème qui n'ait la solution et je pense que notre détermination surmontera les obstacles qui ne manqueront pas de surgir ».

Et encore le 13 juin 85 :

« Dans un esprit de justice, nous devons nous préparer à noter et à co-noter les candidats que nous aurons à juger dans un esprit de plus grande équité, tout en préservant l'essentiel pour les candidats, c'est-à-dire, le sentiment d'avoir été jugés selon leurs capacités qu'ils soient reçus ou non.
Je compte personnellement sur l'ensemble d'entre vous pour défendre une rigueur et une honnêteté qui imposent le respect ».

Régis Godefroy était marié. Ses fils sont maintenant de jeunes adultes de 21 et 24 ans et s'apprêtent à entrer dans la vie sans lui.
Danièle Godefroy, son épouse, est acupuncteur traditionnel. Elle a soutenu Régis Godefroy, toujours à ses côtés marquant d'une touche féminine et de bon goût, les évènements que créait son mari.

Le Site de l'Ostéopathie remercie la rédaction de la revue et Michel Coquillat, son directeur, pour l'avoir autorisé à reproduire ce numéro

Publicité

Bulletin d'abonnement

abonnement juin17

Les Revues

Congrès & conférences

Nous avons 865 invités et aucun membre en ligne

Recevez notre newsletter

captcha 
Aller au haut