Menu

Une sélection des livres de la bibliothèque...

afc

Réaction de l’Association Française de Chiropratique aux communiqués du SNOF et de l’UFOF

Auteur : Association Française de Chiropratique

La profession chiropratique s’indigne des propos tenus sur les sites de l’UFOF et du SNOF en ce qui concerne la publication des décrets et arrêtés réglementant la formation de notre discipline.

Ces deux associations ont une mémoire sélective et courte, mais de cela nous sommes habitués.

Laisser croire que ce qui vaut pour la chiropratique prévaut pour les ostéopathes devient une habitude qui ne hisse pas bien haut les valeurs ostéopathiques.

Rappelons simplement que :

1. Les dossiers ont été dissociés en 2006 par le ministère sur demande expresse de la profession chiropratique qui ne tenait pas à souffrir des manques et dissensions du monde ostéopathique et ce aussi afin de préserver son authenticité.

2. Contrairement à ce qu’en disent certains, la loi de 2002 ne lie aucunement les deux disciplines, tant dans la forme que dans le fond. Le Conseil d’État a déjà rappelé à l’ordre certaines organisations qui usaient de références chiropratiques afin de nourrir leur dossier.

3. Ces deux professions ont été traitées de façon indépendante, les chiropracteurs ayant eu la courtoisie et la décence de ne pas intervenir dans la construction des décrets et arrêtés ostéopathiques.

4. Si certains s’offusquent en disant : « Ce texte a été pris sans que les organisations d’ostéopathes soient consultées », ils devraient se rappeler que les chiropracteurs n’ont JAMAIS été consultés sur les textes concernant les ostéopathes d’une part et encore moins lorsque l’UFOF liait les chiropracteurs et les ostéopathes dans l’amendement BUHR, qui comme tout le monde sait, fut annulé par décret sur avis du Conseil Constitutionnel (annulation prévisible et obligée).

5. La pratique chiropratique diffère de celle des ostéopathes. Lors des réunions au ministère, une partie d’entre eux a toujours revendiqué de l’ « ostéopathie douce » (manipulations douces strictement manuelles). Les chiropracteurs ont, eux, revendiqué un arsenal thérapeutique plus large et spécifique à leur profession.

6. Si les différences sont si importantes, c’est qu’il y existe de bonnes raisons. Nous avons toujours tenu un discours unique, constant, et basé sur des faits tangibles et identifiables (Recherche, Techniques, Standards académiques internationaux, Reconnaissances législatives internationales et européennes très supérieures …).  

 Après que l’AFO et le SNOF invitaient ouvertement les ostéopathes dits « exclusifs » à revendiquer le titre de chiropracteur sans en avoir étudié la moindre partie [1] ; voici que l’UFOF s’indigne aux côtés du SNOF (1) en ce qui concerne cette disparité de traitement entre la profession chiropratique et les ostéopathes ainsi que sur la difficulté à obtenir le titre de chiropracteur.

Nous remercions vivement la seule organisation syndicale qu’est le SFDO de toujours avoir su rester en retrait de ses confrères sur de tels sujets.

Nous serions reconnaissant que les autres organisations prennent modèle sur le SFDO en ce qui concerne notre profession : à savoir ne pas communiquer sur la chiropratique de cette façon peu honorable pour des représentants professionnels.

En tout état de cause, nous sommes tout de même honorés de constater que nous sommes convoités, preuve que notre profession jouit d’une notoriété que beaucoup envient.

Association Française de Chiropratique
www.chiropratique.org


 Note 1 : Voir ci-dessous les communiqués de l’UFOF et du SNOF


Communiqué de l’UFOF : News du 6 octobre 2011

Nous avons fait un comparatif entre les décrets qui ont été publiés pour les chiropracteurs en septembre et ceux qui nous sont applicables.
Les différences sont très importantes et ce serait un véritable scandale que nos décrets ne soient pas modifiés rapidement dans le même sens.
Les chiropracteurs et les ostéopathes sont régis par une même loi depuis 2002 et les décrets qui en découlent se doivent de respecter une égalité entre les parties concernées.
Nous étudions actuellement avec nos conseils les meilleures orientations possibles (politiques, administratives, juridiques) pour nous faire entendre par les Pouvoirs Publics.
Nous vous communiquerons très prochainement le fruit de nos analyses.


Actualités du SNOF : Un Ministre sans mémoire... (04/10/2011)

Le SNOF a pris connaissance de l’arrêté du 22 Septembre 2011 relatif aux dispenses d’enseignement susceptible d’être accordées en vue de la préparation au diplôme permettant d’user du titre de chiropracteur (JORF du 28/09/2011).
Ce texte a été pris sans que les organisations d’ostéopathes soient consultées.
L’article 8 accorde aux ostéopathes des dispenses tout à fait ridicules.
Ceci démontre que les pouvoirs publics nous considèrent totalement incompétents dans des domaines qui sont pourtant enseignés dans nos écoles.
En matières fondamentales, l’imagerie et le système nerveux sont considérés comme absents ou mal enseignés dans ces écoles.
De plus, pour l’enseignement spécifique de la chiropraxie et des stages pratiques, les pouvoirs publics nous accordent uniquement des dispenses concernant l’introduction aux techniques palpatoires.
Ceci est tout à fait surprenant dès lors que cet arrêté est signé par le même Ministre qui nous proposait le 25 Avril 2006 une définition commune des actes d’ostéopathie et de chiropraxie.
Le SNOF ne manquera pas de déférer cet arrêté à la censure du Conseil d’État.


 [1] Voir le communiqué de l’AFO : La chiropraxie au service de l'Ostéopathie et la réponse de l’AFC : Lettre ouverte aux futurs faux chiropraticiens et à leurs dirigeants [Note du Webmestre].

Publicité

Bulletin d'abonnement

abonnement juin17

Les Revues

Congrès & conférences

Nous avons 938 invités et aucun membre en ligne

Recevez notre newsletter

captcha 
Aller au haut