Menu

Une sélection des livres de la bibliothèque...

chambre france5

Lettre à France 5 suite à l'émission du mardi 5 septembre 2012 sur France 5 : Enquête santé. Ostéopathie, qui nous manipule ?


Le Président, Fernand-Paul BERTHENET
Officier de la Légion d’Honneur

Paris le 26 septembre 2012

Recommandé simple par précaution postale

Madame le Docteur Marina CARRERE D’ENCAUSSE
Monsieur le Docteur Michel CYMES
Production « Pulsation et 17 Juin Média
16/18, boulevard de la République
92100 BOULOGNE BILLANCOURT

Chère Madame, Cher Monsieur,

C’est avec beaucoup d’attention et de satisfaction que j’ai suivi votre excellente émission sur l’ostéopathie.

Je tiens à vous féliciter pour votre neutralité et votre objectivité ainsi que pour l’intérêt du sujet qui a attiré de très nombreux téléspectateurs.

Mon confrère et ami Philippe STERLINGOT a parfaitement défendu les ostéopathes et la médecine ostéopathique.

Néanmoins, il est à regretter que, en raison de l’inégalité des participants sur le plateau – un contre trois -  il n’ait pas pu aborder certains problèmes épineux comme celui de la fraude à la sécurité sociale et de l’exercice illicite de l’ostéopathie ni répondre à certaines assertions tendancieuses, voire malhonnêtes.

En voici quelques exemples :

1-En ce qui concerne « l’accident » décrit dans le film, le patient n’a malheureusement pas consulté un ostéopathe du niveau de compétence que nous exigeons. Il a consulté une personne se parant de notre titre et pratiquant des manœuvres forcées d’une manière symptomatique ce qui n’est pas de l’ostéopathie mais de la thérapie manuelle telle que présentée par l’un des intervenants. Il faut savoir, et c’est un principe fondamental, que la cause de la douleur, une sciatalgie dans ce cas, n’est jamais au niveau de la douleur. Elle est obligatoirement ailleurs, au-dessus ou au-dessous : il est donc impossible pour un véritable ostéopathe de provoquer une hernie discale entre L5/S1, par exemple, en pratiquant un ajustement dorsal, du genou ou du pied.

En effet, une règle fondamentale : on ne traite jamais au niveau de la douleur expliquant que la véritable ostéopathie présente très peu de risques constatés par les compagnies d’assurances.

Un praticien, quel qu’il soit, se disant ostéopathe et traitant sur la zone douloureuse, est incompétent et dangereux.

Le chirurgien qui a dénigré, en conclusion de ce passage du film, les ostéopathes, a commis une faute en amalgamant tous les ostéopathes, surtout sans connaître les fondamentaux de la médecine ostéopathique.

2-Dans le même ordre d’idée, il faut bien comprendre que chaque symptôme a une cause différente : par exemple, deux frères jumeaux qui souffrent d’une cervicalgie ou d’une entorse de la cheville droite auront un traitement différent car la cause est obligatoirement différente pour chaque cas.

C’est ce qui fait l’intérêt majeur de notre Art car nous nous remettons systématiquement en question pour chaque malade car chaque malade est unique.

Nos traitements sont spécifiques pour chaque malade. Nous n’appliquons jamais des recettes comme le pensent et pratiquent les médecins et les masseurs-kinésithérapeutes, se faisant passer pour des ostéopathes, et qui sont pour nous de simples manipulateurs.

3 - Les expérimentations dites « scientifiques », en « aveugle ou double aveugle », ne peuvent, en aucun cas, être utilisables pour notre Art, dans la mesure où chaque cas est particulier et unique donc nous ne pouvons pas, à l’avance, savoir ce que l’on va pratiquer.

Il ne faut pas occulter que beaucoup d’AMM sont donnés à des médicaments qui n’ont pas atteint 50% de résultats.

4 - Par contre nous avons effectué il y a quelques années une étude comparative sur les prix de revient de notre pratique versus les techniques  de la médecine allopathique pour les mêmes symptomatologies.

Les résultats en faveur de l’ostéopathie sont sans appel et expliquent que pratiquement, toutes  les Mutuelles remboursent nos traitements : moins d’arrêt de travail, moins de prise de médicament, moins d’hospitalisation et la remise sur pieds se fait plus rapidement et de façon durable.

Je vous adresserai, très prochainement cette étude que je réserve au Ministère qui nous reçoit dans quelques jours.

Je pourrai vous donner d’innombrables autres exemples et réponses aux autres assertions fallacieuses mais ils alourdiraient ce courrier. Par contre si vous avez l’intention de donner une suite à votre débat, je suis, avec les membres de mon Conseil d’administration, à votre entière disposition pour vous aider à sa conception et à son animation.

En dernier lieu, serait-il possible, de mentionner, sur le site de France 5, avec les autres organisations professionnelles, l’existence de notre Syndicat Professionnel qui existe depuis 2002 et qui a été oublié ?

Dans l’attente, je vous prie de croire, Chère Madame, Cher Monsieur, à l’assurance de mes respectueuses et confraternelles salutations.

Original signé : BERTHENET

Fernand-Paul BERTHENET D.O. (G.B.)
Officier de la Légion d’Honneur

Copies : Monsieur le Directeur de France 5, Monsieur le rédacteur en Chef..
Diffusion sur nos sites internet.
(*)Interview pour le journal  « Votre Santé » de Messieurs Guy ROULIER et Fernand-Paul BERTHENET (26/02/2006) en pièce jointe.


 

*Interview : Extrait

F.-P. Berthenet : Les ostéopathes ne pratiquent en aucun cas des manipulations vertébrales forcées.

Elles sont exclusivement utilisées par les vertébrothérapeutes qui les ont définies de la manière suivante : "La manipulation est une manœuvre forcée qui va au-delà des limites physiologiques de l'articulation".
On peut expliquer cette définition par l'analogie suivante : Prenons une porte dans un angle d'une pièce, son ouverture est de 90°. Le vertébrothérapeute augmente dans les deux sens cette ouverture en la forçant.
Pour les techniques ostéopathiques, il suffit de redonner à la porte ou à l'articulation sa fonction normale, soit 90° pour la porte, et pour l'articulation son amplitude physiologique.
Ceci par une manœuvre spécifique, légère, douce, en associant plus ou moins de vitesse, sans brutalité puisque nous restons dans les limites physiologiques des articulations.
Il suffit de redonner à l'articulation son mouvement normal.
Cette pratique s'appelle en anglais : "an osteopathic adjustment" soit en français : un ajustement ostéopathique. Ainsi, le terme manipulation n'existe pas dans la terminologie traditionnelle du fondateur de l'ostéopathie, le Dr Andrew Taylor Still, référence absolue dans les écoles d'ostéopathie américaines et britanniques.


Contact

Chambre des Ostéopathes : Siège Social et Présidence : Fernand-Paul BERTHENET
 118 Rue Lauriston, 75116 PARIS - Tél : 01 44 21 80 75 – 06 07 35 38 22 EmailCette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.

Secrétaire Général : Guy Roulier 24, rue de la Préfecture 49100 ANGERS Tél : 02 41 87 76 65  Email : Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.

Site internet : www.cnosteo.com


Article publié avec autorisation de la Chambre Nationale des Ostéopathes.



Bulletin d'abonnement

abonnement mai16a

Les Revues

Congrès & conférences

Nous avons 2085 invités et aucun membre en ligne

Recevez notre newsletter

captcha 
Aller au haut