Menu

Connexion

Une sélection des livres de la bibliothèque...

Documents ostéopathiques

Anatomie, Genou, Brookes'Symphonies, Thorax, Rachis, etc.

En savoir plus ...

La formation continue

DU, Congrès, Mises au point, La recherche, etc.

En savoir plus ...

Articles, Mémoires & Thèses

Les Articles, Mémoires et Thèses en ostéopathie

En savoir plus...

Vous nous avez vu...

site logo petit

Ils vous verront...

Cliquez sur l'image pour nous contacter...

 

Larynx os hyoideL'os hyoïde et la posture

Considéré dans une optique linéaire, on décrirait l'os hyoïde comme dans tout bon livre d'anatomie descriptive soit un os impair, médian, dépourvu de toutes connexions osseuses, situé au-dessus du larynx et au-dessous de la mandibule. En forme de fer à cheval il est constitué de cinq parties. Un corps médian, disposé transversalement, deux grandes cornes orientées latéralement et en arrière et deux petites cornes en haut et en arrière et latéralement à la jonction du corps et des grandes cornes.
Tout ça est juste, mais cette vision est quelque peu stérile. Vu au travers d'une pensée complexe, sa description anatomique devient tout à coup plus riche de sens pour nous ostéopathe. Il est un carrefour avec ses nombreuses insertions myo-fasciales, ligamentaires et aponévrotiques, contrôlé et soutenu par ces attaches qui le lient au crâne, à la mandibule, à la ceinture scapulaire, au cartilage thyroïdien et à l'entonnoir thoracique. Véritable niveau à bulles, il informe des tensions en provenance de l'épaule, du péricarde, des viscères du cou, de la sphère crânienne.  

 

crane image003Traiter la symphyse sphénobasilaire...
Le traitement crânien est enseigné de façon très différente selon les écoles et les modes référents. Il semblerait par ailleurs que certaines évolutions conceptuelles soient devenues quelque peu dogmatiques. Ayant suivi plusieurs formations, nous nous sommes rendu compte que le principe de la mobilité de la symphyse sphéno-basilaire était complètement différent selon les établissements, passant d’une méthodologie des plus ésotériques pour arriver à une affirmation mécaniciste très stricte et fermée. En partant, il nous a semblé logique de se poser plusieurs problématiques théoriques :

 

crane image002Le Mécanisme Respiratoire Primaire (MRP)
L’ostéopathie crânienne est un sujet répandu dans le monde de l’ostéopathie,  prenant sa source essentiellement de William Garner Sutherland.
L’objectif de ce mémoire était de reprendre la naissance et l’évolution du mécanisme respiratoire primaire, afin de comprendre le débat actuel sur ce  concept crânien très controversé, et plus généralement sur l’ostéopathie crânienne.

 

Gray734Utilisation du quatrième ventricule chez des patients
« L’ostéopathie est  basée  sur un concept très important : le corps a la faculté d’auto guérison. En tant qu’ostéopathe, on  ne guérit pas les patients mais on  donne une information au corps pour qu’il trouve lui-même la solution. Avec un peu d’expérience, on prend très vite conscience que l’on ne peut pas attendre des résultats instantanés car nos traitements apportent très souvent des effets  sur le long terme. C’est une des raisons qui rend les études scientifiques en ostéopathie difficile d’accès. En effet, on ne peut pas mesurer notre action sur une séance ou une technique en sachant que celle-ci met en jeu plusieurs facteurs et ne se calcul  pas sur un temps déterminé. Rien n’est fixé comme la suture d’un chirurgien ou l’implant d’un dentiste.
La vie c’est le mouvement et c’est dans ce mouvement constant qu’agit notre pensée et nos actes ».

 

BMC complementaryProtocole d’étude 

Modifications immédiates dans l’activité électro-encéphalographique mesurée chez des individus souffrant de lombalgies chroniques non spécifiques suite à un traitement d’ostéopathie crânienne : protocole d’un essai croisé, contrôlé, randomisé

Wagner Rodrigues Martins, Leonardo Rios Diniz, Sérgio Thomaz, Marcia Elisabeth Rodrigues, Juscelino Castro Blasczyk, Ricardo Jacó de Oliveira and Ana Clara Bonini-Rocha, Karina Ferreira Lagoa
BMC Complementary and Alternative MedicineThe official journal of the International Society for Complementary Medicine Research (ISCMR)201515:223 - DOI: 10.1186/s12906-015-0732-2 - ©  Martins et al. 2015

 

craniocov « Les médecins ostéopathe prétendent depuis longtemps que les os du crâne sont mobiles. Malheureusement, il n’y a eu que peu de papiers scientifiques pour soutenir cette hypothèse, et les résultats palpatoires du mouvement crânien sont considérés comme subjectifs. Cette étude a été conçue pour déterminer si cette mobilité des os du crâne pouvait être visualisée et mesurée sur des radiographies pratiquées avant et après traitement. Kragt et coll. (1) ont prouvé que le mouvement des sutures était possible sur un crâne humain qui macère, et Retzlaff et coll. (2) ont montré que les sutures crâniennes ne fusionnent pas avec l'âge. Poussant plus loin la recherche, Zanakis et coll. (3) ont fixé des marqueurs infrarouges sur la peau en regard d’os du crâne sélectionnés, et ont employé un système cinématique en trois dimensions pour analyser le mouvement individuel des os. Le mouvement des os crâniens s’est révélé complexe, impliquant plus d'un axe de mouvement et pas un simple mouvement de charnière ».

 

CAdFLa compression du 4e ventricule modifie-t-elle le profil ionique chez le patient ?

 « Il existe trois types d'hommes : Le premier pense que la science peut dominer la nature, le second possède un courage illusoire, l'empire sur soi-même..., le troisième possède la connaissance de la vraie réalité des choses » - K.G. Dürckeim

Dans toute la littérature ostéopathique crânienne nous lisons que le liquide céphalo-rachidien infiltre tous les tissus du corps et qu'une action telle que la compression du 4e ventricule semble accélérer les échanges vitaux, utopie ou comment essayer de comprendre ?

 

Krzeptowski these Le système stomatognathique - Orientation pédiatrique  - Concept ostéopathique structurel et tenségrité - Mémoire bibliographique
« "Stoma’’ signifie ‘’bouche’’ en grec ; le système comprend l’appareil manducateur, et la « triade occlusion, A.T.M., posture crânio-cervico-spinal. » Les principales fonctions du système stomatognathique sont : la respiration, la mastication, la déglutition, la phonation, l’expression (communication), et une influence posturale.
Le présent travail de recherche dégage une approche de la compréhension du système stomathognathique afin de définir une méthode de travail ostéopathique dans l’accompagnement des soins d’orthopédie maxillo faciale et d’orthodontie ».

 

memoire L FrancoisCéphalée de tension et dure-mère
La céphalée du type pression touche une grande partie de la population, mais a moins été étudiée que la migraine, grand sujet de recherche médicale, qui lui vole la vedette. Grâce à l’automédication, le porteur cohabite avec la céphalée pendant des années, sans avoir à chercher les causes de son mal. La pression crânienne est, selon l’ostéopathe, anatomiquement et logiquement de cause dure-mérienne. L’étude démontrera qu’elle est multifactorielle chez le sujet sain et que la posture, la circulation du liquide céphalorachidien, la circulation sanguine, la souplesse fasciale, la santé musculosquelettique y contribuent.

 

OCAThe Cranial letter of the Osteopathic Cranial Academy, Inc. - A Component Society of the American Academy of  Osteopathy

 

faux tenteÉtude du concept de dysfonction somatique en ostéopathie dans la sphère crânienne - Revue de la littérature
« Le terme de dysfonction somatique a été adopté par la profession ostéopathique en 1975 et a été substitué à ce qu'il était convenu d'appeler avant, lésion ostéopathique. Ira Rumney, issue du Collège de Médecine Ostéopathique de Kirksville, a écrit le premier article décrivant le concept de dysfonction somatique. Cette ostéopathe américaine, DO, a en 1968 présidé l' « Hospital Assistance Committee of the Academy of Applied Osteopathy », en charge de définir et codifier les pratiques ostéopathiques ».

 

memoire PlestanÉlise Plestan - Le poids de l’intention en ostéopathie

« Plus nous avançons dans le cursus d’ostéopathie plus nous comprenons l’importance de la mise en place du thérapeute, de l’attitude à acquérir avec le patient à l’approche de ses tissus. Nous apprenons les bases de la physiologie, d’anatomie et de la biomécanique, nécessaires à la compréhension et à la pratique des techniques, qu’elles soient fonctionnelles, structurelles, crâniennes ou viscérales. Mais toutes ces connaissances ne seraient pas utiles au patient en quête d’une aide, si elles n’étaient pas appliquées avec concentration, implication et précision de la part du thérapeute ostéopathe ».

 

ifo gaNicolas SPALLACCI - Membranes de tension réciproque et migraines chroniques

Extrait : « La migraine est une maladie bénigne mais relativement handicapante pouvant altérer la qualité de vie des patients, aussi bien sur le plan personnel que professionnel. Elle fait aujourd’hui partie des formes les plus communes de maux de tête avec les céphalées de tensions, les céphalées cervico-géniques et les céphalées chroniques quotidiennes. « La migraine : cette «mal aimée» de la médecine. » (1) Cette citation prend tout son sens lorsqu’on connaît la prévalence de la migraine en France : « Près d’une personne sur deux âgée de 15 ans et plus déclare être sujette à des maux de tête. [...] Un effet de sexe et d’âge caractérise la population céphalalgique composée de six femmes pour quatre hommes et de près d’un tiers de 30-44 ans. » (2) »

 

Berube ChristianChristian Bérubé - Influence de l’intention du thérapeute sur les tissus du patient

Prix de thèse Louisa Burns en recherche fondamentale
« Pour améliorer l’efficacité du thérapeute en ostéopathie, on évoque parfois des notions telles que la présence, le centrage, le lâcher prise ainsi que d’autres notions dans cette même veine. Certaines de ces notions font appel à des processus qui se déroulent dans le monde intérieur du thérapeute ; dans son esprit et dans son cœur le plus souvent. La pratique de l’ostéopathie nous montre jusqu’à présent que ces processus intérieurs semblent nous permettre d’accomplir un travail plus profond chez les patients. Cette idée nous semble généralement acceptée par les ostéopathes, mais jusqu’à quel point ces processus internes peuvent-ils favoriser des changements observables? Cela reste encore indéterminé ».

 

ipeoMlle Sophie LOUSSOUARN - Histoire de « l’approche biodynamique » en ostéopathie

« Tout ostéopathe qui se respecte connaît le modèle biomécaniste de l’ostéopathie avec le traitement de la mobilité articulaire et tissulaire. Mais connaissez-vous ce modèle énergétique que certains ostéopathes nomment biodynamique ? Un intérêt certain  pour ce concept ostéopathique est apparu lors d’un cours d’initiation en 4ème année de formation initiale en ostéopathie. Par la suite, un stage en libéral renforcera ce besoin d’en découvrir plus sur ce modèle si mystérieux au premier abord. Cet aperçu du concept  biodynamique, avec la découverte des dimensions philosophique et spirituelle de l’ostéopathie sera une révélation ».

 

memoire Carpentier diuOstéopathie appliquée dans le champ crânien
« L’Ostéopathie est développée par Andrew T STILL (1828-1917), médecin et chirurgien aux États-Unis. Il créé la première école indépendante d’ostéopathie en 1892. L’Ostéopathie se fonde sur l’utilisation du contact manuel pour le diagnostic et pour le traitement[1]. Les praticiens ostéopathes[2] (exclusifs, médecins, kinésithérapeutes, sage-femmes, ...) sont formés à l’utilisation d'un large éventail de techniques thérapeutiques manuelles pour améliorer la fonction physiologique et/ou réguler l’homéostasie altérée par la dysfonction somatique ostéopathique. Associant à ces techniques thérapeutiques manuelles des conseils hygièno-diététiques (régime alimentaire, activité physique ou prise en charge par un autre praticien de santé), la pratique ostéopathique nécessite, en tant que pratique de première intention, de considérer de nombreux éléments pour se prémunir de contre-indications ».

 

sutherland01 Introduction à une phénoménologie de la perception ostéopathique dans le champ crânien
« La fonction symbolique, la qualité, la forme des images mentales invoquées et proposées au corps vivant semblent nous permettre de rentrer en résonance et en communication plus ou moins profonde avec le corps du patient, son anatomie, ses fonctions, ses rythmes et son espace. Plus loin dans sa progression l’ostéopathe peut, à travers sa perception consciente, découvrir l’existence d’une présence intelligente cachée derrière les mécanismes du corps. Plus il deviendra conscient de la présence de cet esprit de vie qui centre et anime son patient, plus il obtiendra de cette intelligence active une collaboration efficace. Ce partenaire silencieux peut alors devenir un véritable interlocuteur actif et comme dans toute communication la qualité de la réponse sera fonction de la forme et de la clarté de la demande. Si je n’ai pas l’image préalable de ce que je perçois, je ne perçois que le comportement d’un ensemble indistinct à la signification floue «.

 

lcrLe Liquide cérébrospinal : Nous vous proposons 4 articles sur le LCR
Source de l'image
Extrait du résumé : « Le liquide cérébrospinal (LCS) est contenu dans les ventricules du cerveau et les espaces subarachnoïdiens intracrâniens et intrarachidiens. Le volume de LCS est en moyenne de 150 mL, dont 25 mL dans les ventricules et 125 mL dans les espaces subarachnoïdiens. La sécrétion par les plexus choroïdes, largement prédominante, n’est pas exclusive. Le liquide interstitiel, l’épendyme et les capillaires pourraient jouer un rôle dont l’importance est mal connue. La circulation des sites de sécrétion vers les sites de résorption dépend largement de l’ondée systolique. D’autres phénomènes interviennent : les ondes respiratoires, la position du sujet, la pression veineuse jugulaire interne et l’effort physique ».

 

L'Ostéopathie dans le champ crânien : Nouvelle hypothèse sur l'origine du mouvement crânio-sacré

Au début du 20ème siècle, lWG Sutherland (1939) identifiait un mouvement crânien rythmique, d'origine obscure, avec une cadence de 6 à l2 cycles par minute (c.p.m.). Il nomma ce mouvement "le mécanisme respiratoire primaire" et proposa que le mouvement rythmique du cerveau pourrait être responsable des fluctuations des ventricules cérébraux et du LCR. D'autres chercheurs (Magoun 1966, Upledger 1981) ont proposé que cette motilité du cerveau, ou "impulsion rythmique crânienne" (IRC) provenait du pompage ventriculaire. Une opinion au sujet de l’IRC, suggérant un modèle d'entraînement, a été récemment proposé (McPartland 1998). La plupart des thérapeutes manuels et ostéopathes, employant les techniques crâniennes, qui sentent les mouvements physiologiques de la face externe du crâne, ont un intérêt à savoir ce qu’ils palpent, et ce qui se trouve derrière le prétendu “mouvement crânio-sacré” (Lippincott 1949, Magoun 1966, Frymann 1971, Retzlaff et coll. 1975, Mitchell 1976, Roppel et coll. 1978, Tettambel et coll. 1978, Upledger 1981, De Cock 1982, Altieri 1984, De Cock 1988, Ferguson 1991, Ferre et coll. 1991, Norton 1991, Rommeveaux 1993, Chiatow 1997, McPartland et Mein 1997).

Bulletin d'abonnement

abonnement mai16a

Calendrier Formation

Avril 2017
L Ma Me J V S D
1 2
3 4 5 6 7 8 9
10 11 12 13 14 15 16
17 18 19 20 21 22 23
24 25 26 27 28 29 30

Les Revues

Congrès & conférences

Nous avons 2816 invités et aucun membre en ligne

Recevez notre newsletter

captcha 
Aller au haut